Ardoisière de Recht

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/41

Pendant plusieurs siècles, la pierre bleue fut exploitée dans les carrières du lieu. C'est au cours des années 1880 qu'une galerie fut creusée par les frères Margraff de Recht, afin d'accéder à des couches plus profondes et plus lucratives de la mine. L'objectif étant de trouver l'accès à l'ardoise de toiture. L'exploitation à ciel ouvert était en effet devenue bien trop pénible, vu les profondeurs dans lesquelles on devait travailler.

C'est en 1886 qu'ont commencé les travaux de creusement de la galerie supérieure. De l'année 1890 à l'année 1895 on travailla au creusement de la galerie inférieure. Cette dernière galerie se trouve à environ 60 mètres en dessous de la surface du sol. L'avancée de creusement était de 30 cm par jour en moyenne. Le creusement se fit par charges explosives à la poudre noire.

Après environ 300 mètres, la galerie inférieure donna enfin accès à de la pierre utile. La surface d'exploitation s'étend sur une aire d'environ 100 mètres de long et la salle creusée dans la roche a par endroits une hauteur de plus de 14 mètres. C'est pourquoi dans la langue populaire on parle aussi de la "cathédrale".

L'exploitation souterraine du schiste était tout à fait comparable à celle dans les carrières. Les blocs de schiste avaient un poids allant jusqu'à 750 kg. C'est sur des wagonnets qu'on les transporta vers l'extérieur. En partie, les rails sont toujours en bon état.

Par ailleurs, il ne peut pas être question de mauvais temps ou de conditions climatiques défavorables dans la mine de Recht. La température y est de 7° Celsius constants, été comme hiver, sous une humidité relative de l'air de près de 100%. La galerie inférieure est reliée à la galerie supérieure par un puits d'aérage. Il y passe un léger courant d'air continu.

80% de la masse rocheuse extraite sous terre était à peine valorisable. Les 20% restants devaient rentabiliser l'exploitation. Aussi avait-on déjà mis fin à l'exploitation souterraine dans la mine de Recht avant la première guerre mondiale.


Ce qui a sans doute accéléré la fermeture de la mine de Recht, c'est le fait que la pierre bleue extraite ne se prêtait pas à en faire des ardoises de toiture. Il était en effet impossible de fendre la pierre en ardoises suffisamment fines. Les frères Margraff avaient employé jusqu'à 25 personnes dans la mine.

La pierre bleue de Recht était appréciée pour ses qualités excellentes et ses possibilités d'utilisation très variées, et ce  bien au delà du village de Recht et même des frontières nationales. Cette pierre bleue aux tons grisâtres ou mauve aux teints rougeâtres n'a d'ailleurs rien perdu de son charme à ce jour.

La pierre bleue de Recht résiste parfaitement aux intempéries et aux influences de la pollution. Connue et appréciée pour ses qualités antiacides, on en fabriqua des récipients à faire fermenter et conserver la choucroute aussi bien que des bassins à tanner pour les tanneries de St.Vith, Malmedy, Stavelot et même Anvers.

(Texte: Schieferstollen Recht / photos: Marc Kieffer)