top of page

Moulin Wildschütz- Adm. Comm. de Steinfort

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/16

13e au 18e siècles

A cette époque, le moulin à eau sur la Losering est un moulin banal, c.-à-d. que les habitants de Bettingen, vassaux du seigneur de Sterpenich, sont tenus, sous peine de châtiment, d’y faire moudre leur grain. Le devoir banal est resté ancré dans le droit féodal du 9e siècle jusqu’à la Révolution Française. La première mention dans un document du moulin «au bois» date du 13e siècle. En 1681, le moulin est cité au registre des biens et revenus du domaine de Sterpenich.

 

19e siècle

Nous ne disposons d’informations plus précises sur le moulin que depuis le 19e siècle. Dans un rapport de 1810, il est décrit comme un moulin à deux vitesses annexé d’une petite maison, mais sans installation de stockage. Il tombe souvent en panne, en raison de la sécheresse. Monsieur Tornaco de Sterpenich en est alors le propriétaire. L’exploitation est affermée à Michel Scherer pour 437,79 francs. En 1845, le moulin passe aux mains du Duc de Berlaymont. Pendant plus de 40 ans, il sera affermé à la famille Linchant. En 1890, il est vendu à Jean Wildschutz, un fils de meunier et aubergiste de Koerich, qui surélève le moulin d’un étage afin de rationaliser le travail. Quatre ans plus tard, Jean Wildschutz est engagé au nouveau grand moulin de Kleinbettingen. Sa femme poursuit l’exploitation, soutenue plus tard par ses fils. A partir de 1900, le moulin produit également de l’électricité.

 

20e siècle

En 1926, le moulin est réaménagé. Son rendement de 10-12 cv lui permet de moudre environ 30 demiquintaux de céréales par jour. A partir de 1928, le moulin abrite aussi un commerce de farine et d’aliments pour bétail. On ne moud plus les céréales pour les clients que deux fois par semaine. Afin de pouvoir résister à la concurrence des grandes entreprises plus industrialisées, d’importants travaux de modernisation auraient été nécessaires, ce qui était risqué en raison des perspectives incertaines. En 1958, la production de farine est arrêtée et le meunier Wildschutz est dédommagé par le nouvellement créé «Groupement des meuniers industriels». On a pu y faire moudre grossièrement de la nourriture pour bétail jusqu’en 1970. Plus tard, le moulin n’a plus eu d’eau, parce que la Losering a été déviée suite au remembrement en Belgique.

Texte: Administration Communale de Steinfort / photos: Marc Kieffer

bottom of page